roles actions devenir membre sympathisant
actualite adge articles de fond

La Présidente et le Vice-Président de l’ADGE étaient présents, à l’invitation de Pathé, à l’avant-première du film Eiffel de Martin Bourboulon, qui a fait l’ouverture du Festival du Film Francophone d’Angoulême ce mardi 24 août.

Romain Duris, Savin Yeatman-Eiffel, Myriam Larnaudie-Eiffel, Martin Bourboulon

Si notre association n’a pas été directement associée à la production du film, nous avons été tenu au courant du déroulement du tournage par sa productrice Vanessa Van Zuylen. En début d’année, à la suite d’une première projection privée, notre Conseil d’Administration a pris la décision d’apporter son soutien au film, en raison notamment de la manière dont il capture l’énergie de Gustave Eiffel entrepreneur et de l’interprétation très convaincante qu’en donne Romain Duris :

Ce film est pour nous, descendants de Gustave Eiffel, un très bel hommage rendu à notre aïeul. Martin Bourboulon et ses équipes nous présentent un homme profondément humain, retranscrivant avec intelligence le formidable entrepreneur qu’il était, sa proximité avec ses équipes, son audace. C’est cette force de caractère, faite de détermination et sensibilité, qui a permis à Gustave Eiffel de relever l’incroyable défi de la construction de la Tour de 300 mètres, cette Tour qui fascine toujours autant aujourd’hui qu’en 1889 – Association des Descendants de Gustave Eiffel

C’est ce message que notre Présidente, Myriam Larnaudie-Eiffel, a réexprimé sur la scène du  Théâtre d’Angoulême juste avant la projection, en présence de l’équipe du film.

Notre présidente s’exprimant aux côtés de Vanessa Van Zuylen (productrice), Jérome Seydoux (producteur), Martin Bourboulon (réalisateur), Romain Duris (interprète d’Eiffel) et Emma Mackay (interprète d’Adrienne).

Budgété à 23 millions d’euros, Eiffel est un projet d’une rare ampleur pour un film Français. Il  a également connu une très longue gestation: le premier projet a été écrit par Caroline Bongrand il y a vingt ans, suscitant tour à tour l’intérêt de nombreux réalisateurs parmi lesquels Ridley Scott ou Luc Besson. C’est au final la dernière mouture, sous la houlette de la productrice Vanessa Van Zuylen et  du réalisateur Martin Bourboulon, qui a fini par convaincre les investisseurs avec dans les rôles principaux Romain Duris (Gustave Eiffel) et la très belle Emma Makey (Adrienne Bourgès).

On insistera ici sur le fait que le film Eiffel n’est pas un biopic mais une adaptation libre des faits historiques, s’appuyant sur ceux-ci pour les « prolonger et offrir », selon les mots de son réalisateur « le plus généreusement possible le spectacle d’une grande histoire d’amour croisée avec un film d’aventures ». Si sur ce plan il réussit fort bien à tenir son pari, les connaisseurs de le Tour et les descendants des principaux protagonistes seront certainement choqués de certains oublis ou transformations des faits historiques: le rôle central joué par Koechlin et Nougier est ainsi quasiment occulté, alors qu’Adolphe Salles, pourtant polytechnicien et proche collaborateur d’Eiffel, est réduit à une simple figure humoristique.

Le présupposé du scénario est que Gustave recroise en 1886 un ancien amour de jeunesse (Adrienne Bourgès) dont les parents lui avaient autrefois refusé la main. Dans le film, cette rencontre bouleverse leurs vies et joue un rôle insoupçonné dans la construction de la Tour Eiffel.

S’il y a donc une très large part de fiction dans le film, les scènes de construction de la Tour, notamment les systèmes mis en place pour équilibrer les quatre pilliers les uns par rapport aux autres au moment de la jonction du premier étage, ou l’utilisation des caissons à air-comprimé pour les fondations des piliers nord et ouest, sont fort bien reconstituées.

Il est également absolument véridique qu’Adrienne Bourgès, fille de l’important négociant qui fournissait le chantier du pont de Bordeaux en bois (chantier dont Gustave Eiffel était le maitre d’œuvre de 1858 à 1860), a été un amour de jeunesse important pour notre ancêtre. Les deux jeunes gens s’appréciaient et devaient se marier jusqu’à ce que les parents d’Adrienne, après avoir enquêtés sur les origines familiales de Gustave, décident que le jeune ingénieur n’avait pas un statut social suffisant pour leur fille, et annulent le mariage au tout dernier moment. Il est aussi tout à fait vrai qu’en dépit de cette désagréable mésaventure les liens entre Eiffel et la famille Bourgès se sont renoués par la suite : un de ses fils, Edouard, a épousé la nièce d’Adrienne, Marie-Louise.

Nous attendons avec intérêt de voir l’accueil que le public réservera à la sortie du film, plusieurs fois repoussée en raison de la situation sanitaire, et fixée désormais au 13 octobre 2021.

Savin Yeatman-Eiffel

En dépit de la pandémie actuelle, la Comité Scientifique de l’Association des Descendants de Gustave Eiffel s’est réuni à via ZOOM le 28 Janvier 2021, mais cette fois via Zoom plutôt que dans les locaux de la soufflerie Eiffel de la rue Boileau.

Nous remercions les nombreux participants pour leur présence et la qualité de leur contribution:

Myriam Larnaudie-Eiffel : vice-présidente de l’ADGE en charge du Comité Scientifique.
Savin Yeatman- Eiffel : vice-président de l’ADGE en charge de la Communication
Olivier Berthelot-Eiffel : membre du bureau de l’ADGE
Loïc Andorin : Ingénieur des Arts et Métiers –Directeur de l’Agence de Bordeaux chez KHEPHREN Ingénierie – spécialiste de la construction métallique
Benoit Blanchard : directeur de la Soufflerie Eiffel
Vincent Guigueno : conservateur du patrimoine – adjoint du directeur de la Recherche au musée du Quai Branly – spécialiste du patrimoine des phares
Indrek Laos : architecte EAL– spécialiste du patrimoine architectural
Bertrand Lemoine : Architecte et historien – Directeur de recherche honoraire CNRS. Spécialiste de l’architecture métallique – en charge en autres de la candidature au Patrimoine de l’humanité ponts – Auteur de plusieurs ouvrages consacrés à Eiffel
Bertrand Lézat : ingénieur de l’École Centrale de Lyon – chargé des relations avec l’École Centrale et l’association des Anciens Centraliens
Frédéric Moret : Vice-Président de l’Université Gustave Eiffel – Professeur d’histoire urbaine du XIXème siècle
Isabelle Morin- Loutrel : Conservatrice du Patrimoine – Musée d’Orsay – chargée des collections d’architecture et du fonds Eiffel
Bernard Roth : urbaniste – Spécialiste de la Maîtrise d’Ouvrage bâtiments – Professeur à Sciences Po – fondateur de Radio-Immo et administrateur de la Fondation Palladio (organisme de réflexion sur la ville de demain).
Bernard Toulier : Conservateur général du Patrimoine – spécialiste de l’architecture du 20ème siècle
Julien Vincent : Architecte Agence Why (Bordeaux) – en charge du projet de reconversion de la Passerelle Eiffel.

Nous ne citerons ci-dessous que quelques uns des sujets abordés. Certain d’entre eux feront l’objet d’articles détaillés publiés prochainement sur notre site:

  • Une présentation de la soufflerie Eiffel, son histoire et ses activités actuelles, par Benoît Blanchard.
  • La Présentation de l’Université Gustave Eiffel, par Frédéric Moret, son vice-président.
  • La numérisation en cours du fonds Eiffel par I.Morin-Loutrel.
  • Les phares métalliques de la Mer Baltique et Gustave Eiffel par I. Laos architecte, menant des recherches historiques, dans le cadre d’un doctorat à l’Université de Tallin, sur les phares métalliques du 19ème siècle.
  • Les dernières évolutions sur le projet de la Passerelle de Bordeaux par J. Vincent et L. Andorin

Rendez-vous a déjà été pris pour une nouvelle réunion dans quelques mois.

Le très riche ouvrage de Dominique Dussol et de notre cousine Myriam Larnaudie-Eiffel sera enfin disponible dans les bonnes librairies et sur internet (notamment sur le site de son éditeur),  à partir de jeudi prochain 10 Octobre.

En s’appuyant sur la correspondance que le jeune Gustave entretenait avec sa famille et sur de nombreux documents d’archive, le livre retrace point par point la construction de la Passerelle. Il relate également le long combat qui fut mené à partir du début des années 2000 pour protéger l’ouvrage de la destruction et le faire classer avec succès aux Monuments Historiques.

Le livre sera lancé le 18 octobre à 18h au Ciap (Centre Interprétation Architecture et Patrimoine) Bordeaux Unesco dans le cadre des Journées de l’architecture.

Deux de nos membres, Myriam Larnaudie-Eiffel et Savin Yeatman-Eiffel, ont participé à un nouveau documentaire passionnant sur Eiffel: Gustave Eiffel, la technologie derrière le génie.

Première diffusion mercredi prochain 9 octobre à 20h255 sur RMC Découverte.

Un film à ne pas manquer !

 

 

 

Myriam Larnaudie-Eiffel, arrière-arrière-petite-fille de Gustave Eiffel, revisite pour radio immo l’œuvre de Gustave-Eiffel et notamment son travail à Bordeaux:

Lien vers le podcast

 

Myriam LAURNAUDIE-EIFFEL dans les locaux de Radio Immo

L’Association des Descendants de Gustave Eiffel est heureuse d’avoir collaboré à l’émission de Stéphane Bern « Visite Privée », dont une grande partie de l’émission du 7  Février dernier était consacrée aux ouvrages de Gustave Eiffel en Gironde.

Myriam Larnaudie-Eiffel expliquant l'historique de la passerelle Eiffel de Bordeaux

Myriam Larnaudie-Eiffel expliquant l’historique de la passerelle Eiffel de Bordeaux

Notre cousine Myriam Larnaudie-Eiffel, très engagée dans la sauvegarde de la passerelle Eiffel de Bordeaux, a su avec talent signifier l’importance de cet ouvrage, tout comme celui du Pont de Cubzac dans la carrière du grand ingénieur.

Jacques Coupérie-Eiffel au milieu de souvenirs de Gustave Eiffel

Jacques Coupérie-Eiffel au milieu de souvenirs de Gustave Eiffel

Notre cousin Jacques Coupérie-Eiffel a apporté quant à lui une dimension plus intimiste en faisant découvrir des souvenirs conservés par les descendants d’Edouard Eiffel sur sa propriété proche de Bordeaux.

L’émission complète est visible en catch-up sur le lien suivant: Visite Privée 07/02/2017

La réhabilitation de la passerelle Eiffel est en bonne voie et prend un nouvel essor:

Les travaux de confortement viennent hier d’être autorisés et considérés en bonne et due forme par l’architecte des Bâtiments de France. Également l’autorisation d’occupation du plan d’eau Garonne ce qui est loin d’être évident avec les contraintes environnementales de l’estuaire.

La notification de marché est faite et le temps des appels d’offre commence pour des travaux qui auront lieu premier trimestre 2016 pour 14 mois pour un budget de 3.7 M d’euros. Il y aura dans le cadre de ces travaux la recréation de piles en pierre à l’identique des existantes côté gare ainsi que diverses mesures pour permettre un nouvel usage essentiellement “ doux “ de la Passerelle.

 

Photo: Denis Garin

Photo: Denis Garin

Merci à notre cousine Myriam pour ces bonnes nouvelles, et pour son travail au sein de l’association « Sauvons la passerelle Eiffel ».

Bonne nouvelle du côté de Bordeaux. Les projets menés par l’organisme d’Etat Euratlantique se précisent et la passerelle Eiffel s’inscrit progressivement dans l’esprit des équipes des deux plans guides que sont les nouveaux quartiers « Saint Jean BELCIER » et « GARONNE EIFFEL ».

L’association de nos amis « Sauvons La Passerelle Eiffel » continue à se mobiliser sur cet important dossier et a participé à la dernière réunion de travail organisée par Euratlantique. Au cours de celle-ci, il a été confirmé que les travaux de confortement de la passerelle commenceront au premier trimestre 2016, pour une durée de 12 à 18 mois pour préparer la Passerelle à son futur usage et un montant 3 millions d’euros. Les Monuments Historiques mèneront ces travaux sous l’égide de Réseau Ferré de France toujours propriétaire de l’ouvrage. Un travail d’étude sur la configuration des accroches s’amorce, ainsi que la vérification de l’esthétique de la nouvelle pile qui va être mise en place par les monuments historiques côté gare.

A moyen terme l’objectif est de définir la nouvelle fonction de la Passerelle Eiffel véritable lien vers le quartier Garonne Eiffel et de l’adapter à son futur usage au fur et à mesure de l’émergence de ces deux quartiers bâtis dans le cadre de l’opération Euratlantique.

Nous vous tiendrons bien sur informés de toutes nouvelles avancées sur ces travaux qui concernent directement l’héritage de Gustave Eiffel.

 

Rendu du projet de réaménagement Belvedere-Garonne-Eiffel. La passerelle Eiffel est, de part son emplacement, littéralement au coeur de ce dernier.

Rendu du projet de réaménagement Belvedere-Garonne-Eiffel. La passerelle Eiffel est, de part son emplacement, littéralement au coeur de ce dernier.

eclairage-passerelle-eiffel

Sauvée de la destruction par les démarches entreprises par l’ADGE puis par nos amis de l’association « Sauvons la passerelle Eiffel », la passerelle Eiffel de Bordeaux se pare depuis le 16 juillet d’une superbe scénographie lumineuse conçue par Jean de Giacinto et David Durand avec l’association passerelle Eiffel en maître d’oeuvre. (photo ci-dessus par David Durand)

 

pont_de_bordeaux_web_
Premier ouvrage de Gustave Eiffel en tant que maître d’œuvre, la grande passerelle de Bordeaux a été construit en 1868 lorsque GE avait 26 ans. Elle eu une grande importance pour notre ancêtre en lui permettant d’acquérir une expérience précieuse tant sur la technique que sur la direction d’un important chantier.

Plus utilisée par la SNCF, elle était, il y a encore quelques années, menacée de destruction. L’ADGE a entrepris de nombreuses démarches au près des autorités et du grand public, dés 2001, pour tenter de la sauver (cf. news précédentes). Pour renforcer ce combat, directement sur le terrain, nos cousins Myriam Larnaudie-Eiffel et Xavier Larnaudie-Eiffel ont créé à Bordeaux en 2005 l’Association « Sauvons la passerelle Eiffel ». Cette Association réunit aujourd’hui plus de 300 membres. Après une campagne de mobilisation auprès des médias et de lobbying auprès des autorités compétentes ainsi que de l’UNESCO, elle a obtenu une première victoire en juin 2009 avec l’inscription de la passerelle aux Monuments Historiques.

L’arrêté du 22 février 2010, qui confirme ce classement, fait franchir un nouveau cap décisif à ce long combat entamé depuis 2001 : la passerelle ne pourra plus être détruite, et l’on peut commencer à envisager sereinement son avenir.

L’association « Sauvons la passerelle Eiffel » travaille désormais sur un projet d’une reconversion intelligente de la passerelle Eiffel en liaison avec la reconversion du quartier de la gare. Plusieurs projets sont actuellement en cours d’étude, l’association appuyant particulièrement une utilisation « douce » de la passerelle (forte densité piétonne et interdiction des voitures) et s’efforce d’y attacher une forte vocation culturelle, grâce notamment à l’installation de la FRAC dans les anciens abattoirs. Il est ainsi envisagé de faire de la passerelle un lieu d’exposition culturelle.

Pour plus d’information à ce sujet, ou apporter votre concours, voici le contact direct de la secrétaire générale de « Sauvons la passerelle Eiffel »  :

Myriam Larnaudie-Eiffel
11 place des Quinconces
33000 Bordeaux
06 12 49 28 94
mleiffel@cegetel.net