sa vie ses ouvrages son heritage
roles actions devenir membre sympathisant
actualite adge articles de fond
Gustave Eiffel : Sa Vie
>> Les premiers succès
Charles Nepveu connaît des difficultés financières mais Gustave Eiffel choisit de rester avec lui, même sans recevoir de salaire. Plusieurs projets du jeune ingénieur Eiffel sont retenus dans des appels d’offre de construction de ponts. Lorsque la société de Nepveu est absorbée par la Compagnie Générale des Chemins de Fer, il met en avant son protégé dont il connaît la rigueur et le sens du défi. C’est Gustave, alors âgé seulement de 25 ans, qui est chargé d’un projet hautement stratégique : la construction du Pont de Bordeaux.


Pour réussir cet ambitieux projet de plus de 500 mètres de long, au dessus d’un fleuve tumultueux Gustave Eiffel expérimente certaines des techniques qui feront plus tard son succès, comme la construction des fondations des piles de pont à l’air comprimé.

Gustave, désormais ingénieur en chef de la société, est chargé de superviser la construction des autres ponts de la région. Il s’installe à Bordeaux et cherche à s’y marier. Un peu perçu comme un parvenu par la riche bourgeoisie locale, il essuie plusieurs refus. Il appelle finalement sa mère à la rescousse et la charge de lui trouver « une bonne ménagère, qui ne me fasse pas trop enrager » ( !) La sage Catherine choisit une candidate idéale en la personne de Marie Gaudelet, que Gustave avait rencontrée dans son enfance. Il l'aimera d’un amour sincère en dépit des circonstances de ce mariage arrangé, et elle lui donnera cinq enfants : Claire, Laure, Édouard, Valentine et Albert.

Fin 1866, Gustave Eiffel, fort de ses succès dans la construction de ponts dans le Sud-Ouest, s’installe à son compte dans des ateliers situés au 48, rue Fouquet à Levallois Perret, juste à l'ouest de Paris. Il remporte très vite une série d’importantes commandes qui vont consolider sa réputation en France mais surtout dans le monde, parmi lesquelles les viaducs de Rouzat et de Neuvial, ou encore la passerelle de Salemleck en Egypte.

Le jeune entrepreneur surclasse la concurrence par la rigueur extrême de ses projets, conçus tous pièce par pièce dans ses ateliers pour être ensuite simplement assemblés sur les chantiers, et par les innovations techniques qu’il développe et perfectionne - comme le montage en porte-à-faux et le « lançage » de la travée centrale entre deux piles de pont - qui rendent également ses ouvrages plus rapides à construire et plus économiques.