sa vie ses ouvrages son heritage
roles actions devenir membre sympathisant
actualite adge articles de fond
Gustave Eiffel : Sa Vie
>> La Tour Eiffel
Le monument le plus aisément associé à la mémoire du grand ingénieur est sans aucun doute la célèbre tour qui porte son nom. Conçue avec l'aide de deux de ses principaux collaborateurs Maurice Koechlin et Émile Nouguier, ainsi qu’avec la collaboration de l’architecte Stephen Sauvestre, cet incroyable projet destiné à célébrer l’exposition universelle de 1889, sera financé par Gustave Eiffel lui-même à hauteur de 80% en contrepartie d'une concession d'exploitation initiale de 20 ans.
Toujours impressionnante aujourd’hui, cette tour de 300 mètres est un pari technique encore plus incroyable pour l’époque. Il ne faut pas oublier que c’est près de deux fois plus que le plus haut monument de l’époque – le Washington Monument et ses 169 mètres, lui-même érigé tout récemment en 1884. Gustave devra défendre sa tour contre vents et marrés, sur le chantier comme en dehors. Les opposants sont nombreux, notamment parmi les célébrités de l’époque : les signataires de la tristement célèbre « Protestation des Artistes ». Une fois la Tour achevée, un autre combat commence : assurer la pérennité de l’ouvrage, initialement prévu pour être démonté.

La construction de la Tour s’effectue en 26 mois seulement, du 28 Janvier 1887 au 30 mars 1889, dont 5 mois pour les seules fondations. Les 18 000 pièces tracées au dixième de millimètres dans les ateliers Eiffel de Levallois sont conduites par chariot sur le Champs de Mars où elles sont assemblées sur place, hissées par des grues autotractées sur les rails des futurs ascenseurs par une équipe d'environ 250 ouvriers. Ce gigantesque « mécano » nécessita la pose de 2 500 000 rivets, dont 1 000 000 posés sur le chantier.



Le succès est immédiat. La Tour devient très vite le symbole de Paris, et pour la plupart des étrangers, le symbole de la France tout entière. Ces dernières années, elle attire près de 7 millions de visiteurs par an, pour un total de plus de 250 millions depuis son ouverture.


En 1890, Gustave Eiffel s’attaque à un autre projet pharaonique : un ingénieux « pont sous marin » sous la manche qui, s’il est finalement refusé pour des raisons purement politiques, préfigure déjà nettement ce que deviendra « l’Eurotunnel », 104 ans plus tard.