roles actions devenir membre sympathisant
general-news adge feature-articles

The news and the articles:

The train line which uses the famous Eiffel viaduct has been temporarily closed for security reasons. If that closure were to become permanent, it would not only be a major issue for the region but it could also threaten the future of the bridge itself:

 

Sans doute l’œuvre la plus emblématique de Gustave Eiffel après la tour Eiffel, le viaduc de Garabit est resté en service sans discontinuité depuis sa mise en service il y a 132 ans, lien indispensable entre les deux côtés de la vallée de la Truyère et, notamment, accès privilégié pour l’usine ArcelorMittal de Saint-Chély, qui est une des plus importantes de Lozère.

Mais la ligne est désormais menacée, faute de moyens suffisants pour la rénover. Le tronçon entre Saint-Chély-d’Apcher (Lozère) à Neussargues (Cantal) est fermé jusqu’à nouvel ordre pour raison de sécurité et c’est justement celui où se trouve le viaduc d’Eiffel. La nouvelle campagne de peinture de ce dernier, qui devait avoir lieu en 2020, a été repoussée sans qu’aucune nouvelle date ne soit actuellement fixée.

Personne pour l’heure ne parle officiellement d’une fermeture définitive de la ligne, mais de la suspension à la fermeture, il n’y a qu’un pas et certains sont depuis longtemps tenter de le franchir. Si cela devait se produire, en dehors des conséquences dramatiques pour la région, la question de la pérennité du Viaduc de Garabit se poserait, tout comme il se pose déjà malheureusement à Porto pour le pont Maria-Pia, autre œuvre majeure d’Eiffel qui se trouve dans un état inquiétant depuis qu’il ne sert plus directement au trafic ferroviaire.

Nos amis de l’association des Amis de Garabit se mobilisent déjà sur place et nous leur apportons notre entier soutien ! Voici un lien vers leur site ainsi qu’un lien vers une pétition de soutien sur le site change.org.

Nous allons continuer à suivre les évènements de très près.

Savin Yeatman-Eiffel

 

 

During its latest general assembly, our members re-elected their Board of Administration. Our new President is Myriam Larnaudie-Eiffel, with Savin Yeatman-Eiffel as Vice-President: 

 

L’AG de notre association s’est tenue samedi 20 février via Zoom, pandémie oblige.

A cette occasion notre ancien président, Alain Coupérie-Eiffel a passé la main et nous tenons à le remercier encore pour tous ses efforts au cours des dix dernières années.

La nouveau Conseil d’Administration est présidé désormais par Myriam Larnaudie-Eiffel, avec Savin Yeatman-Eiffel à la vice-présidence.

In spite of the ongoing pandemic the Scientific Committee of our association met again, via zoom this time:

 

En dépit de la pandémie actuelle, la Comité Scientifique de l’Association des Descendants de Gustave Eiffel s’est réuni à via ZOOM le 28 Janvier 2021, mais cette fois via Zoom plutôt que dans les locaux de la soufflerie Eiffel de la rue Boileau.

Nous remercions les nombreux participants pour leur présence et la qualité de leur contribution:

Myriam Larnaudie-Eiffel : vice-présidente de l’ADGE en charge du Comité Scientifique.
Savin Yeatman- Eiffel : vice-président de l’ADGE en charge de la Communication
Olivier Berthelot-Eiffel : membre du bureau de l’ADGE
Loïc Andorin : Ingénieur des Arts et Métiers –Directeur de l’Agence de Bordeaux chez KHEPHREN Ingénierie – spécialiste de la construction métallique
Benoit Blanchard : directeur de la Soufflerie Eiffel
Vincent Guigueno : conservateur du patrimoine – adjoint du directeur de la Recherche au musée du Quai Branly – spécialiste du patrimoine des phares
Indrek Laos : architecte EAL– spécialiste du patrimoine architectural
Bertrand Lemoine : Architecte et historien – Directeur de recherche honoraire CNRS. Spécialiste de l’architecture métallique – en charge en autres de la candidature au Patrimoine de l’humanité ponts – Auteur de plusieurs ouvrages consacrés à Eiffel
Bertrand Lézat : ingénieur de l’École Centrale de Lyon – chargé des relations avec l’École Centrale et l’association des Anciens Centraliens
Frédéric Moret : Vice-Président de l’Université Gustave Eiffel – Professeur d’histoire urbaine du XIXème siècle
Isabelle Morin- Loutrel : Conservatrice du Patrimoine – Musée d’Orsay – chargée des collections d’architecture et du fonds Eiffel
Bernard Roth : urbaniste – Spécialiste de la Maîtrise d’Ouvrage bâtiments – Professeur à Sciences Po – fondateur de Radio-Immo et administrateur de la Fondation Palladio (organisme de réflexion sur la ville de demain).
Bernard Toulier : Conservateur général du Patrimoine – spécialiste de l’architecture du 20ème siècle
Julien Vincent : Architecte Agence Why (Bordeaux) – en charge du projet de reconversion de la Passerelle Eiffel.

Nous ne citerons ci-dessous que quelques uns des sujets abordés. Certain d’entre eux feront l’objet d’articles détaillés publiés prochainement sur notre site:

  • Une présentation de la soufflerie Eiffel, son histoire et ses activités actuelles, par Benoît Blanchard.
  • La Présentation de l’Université Gustave Eiffel, par Frédéric Moret, son vice-président.
  • La numérisation en cours du fonds Eiffel par I.Morin-Loutrel.
  • Les phares métalliques de la Mer Baltique et Gustave Eiffel par I. Laos architecte, menant des recherches historiques, dans le cadre d’un doctorat à l’Université de Tallin, sur les phares métalliques du 19ème siècle.
  • Les dernières évolutions sur le projet de la Passerelle de Bordeaux par J. Vincent et L. Andorin

Rendez-vous a déjà été pris pour une nouvelle réunion dans quelques mois.

Following her book on Gustave Eiffel’s mother, Véronique Brunet publishes a very interresting new book on Gustave Eiffel’s childhood in Burgundy. It’s often a lonely one, as he grows up mostly away from his parents: with his grand-mother at first, and then in boarding schools in Dijon and later in paris. But there also more carefree periods; when Gustave returns to visit his family for the holidays, discovers Paris for the first time, or spends time with his aunt in Gilly or at the home of his friend Alfred Lavieille in Longecourt:

 

Dans son livre « Mélanie Eiffel, mère et femme d’entreprise moderne en Bourgogne » la passionnée et passionnante Véronique Brunet s’intéressait à la carrière tout à fait inhabituelle de femme d’affaire de la mère de Gustave, en plein cœur de la révolution industrielle.

Son nouvel ouvrage : « Gustave Eiffel, une enfance en Bourgogne » se concentre sur les années de jeunesse du grand ingénieur. Gustave passe la plus grande partie de son enfance séparé de ses parents, chez sa grand-mère maternelle rue Turgot, puis en pension au Collège et au Lycée de Dijon, avant de partir faire sa prépa au collège Sainte-Barbe à Paris et entrer à l’École Centrale. Il y a heureusement aussi des moments de détentes, comme les vacances passées chez sa tante Viard à Gilly, les visites de Gustave au Clos de Vougeot ou ses séjours à Longecourt chez son ami Alfred Lavieille.

Véronique Brunet nous fait revivre ces lieux et cette époque des années 1830/1840 à l’aide d’une riche iconographie et de nombreux extraits des correspondances de Gustave avec sa famille et ses amis.  Un chapitre consacré à la correspondance entre le jeune homme et sa sœur cadette, Marie, se révèle particulièrement touchant. La jeune femme, qui a probablement senti très tôt le potentiel de son frère, se révèle à la fois une amie et une confidente. Sincèrement préoccupée par la relative contre-performance de Gustave à l’issue de sa première année de prépa, elle est toujours prête à l’encourager et à le pousser à faire mieux.

« Gustave Eiffel, une enfance en Bourgogne » est paru aux Éditions du Révermont.

Savin Yeatman-Eiffel

With the covid-19 pandemic, the Eiffel Tower was closed for three months – a first since WWII. To mark the reopening of our great Iron Lady, the ADGE was represented on French radio and TV stations by our cousin Savin Yeatman-Eiffel. He was, among other things, the “surprise guest” of Matthieu Belliard’s morning show:

 

Avec l’épidémie du Covid-19, la Tour Eiffel n’avait jamais fermé ses portes aussi longtemps depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Pour saluer la réouverture de la Dame de Fer, l’ADGE était fort bien représentée dans les médias par notre cousin Savin Yeatman-Eiffel. Le jour de la réouverture, il était “l’Invité Inattendu” de Matthieu Belliard sur la matinale d’Europe 1, en replay ici.

Plus tard le même jour, ainsi que le jour suivant, France 3 rediffusait un excellent reportage sur la Tour en deux parties dans l’émission Météo à La Carte, auquel notre cousin avait participé l’année dernière.

Replay de la première partie ici.

Replay de la seconde partie ici.

Même s’il est toujours aussi important de respecter la distanciation et les gestes barrières, quelle joie de voir notre chère Tour Eiffel à nouveau accessible au public !

 

After having been closed for over three months, the Iron Lady finally starts reopening from June 25th at 10 am.

In order to keep visitors safe, that reopening will only be gradual. At first, all lifts will remained closed and only visits by stairs up to the second floor will be available. Masks will also be mandatory for all visitors from 11 years old.

The situation will then gradually return to normal, depending of the evolution of the current health situation.

In all cases, it’s really a joy to know one will soon be able to climb up the Eiffel tower again!

 

In order to better inform the citizens of Dijon that Gustave Eiffel was indeed born in their town, our friends of the association “Eiffel, born in Dijon”, requested and obtained from the town hall that the comment “born in Dijon” be added to the 31 street signs of the Avenue Gustave Eiffel:

 

Nos amis de l’Association Eiffel, né à Dijon, que nous saluons ici au passage, ont demandé et obtenu de la mairie que l’indication “né à Dijon” soit ajoutée aux 31 plaques de l’Avenue Gustave Eiffel.

Ce qui a été fait par les services de la Ville le lundi 17 février 2020, en présence du bureau de l’association Eiffel, né à Dijon et de notre membre d’honneur Françoise Colin, qui avaient tenus à être présents afin d’immortaliser ce changement.

L’Avenue Gustave Eiffel a été inaugurée par le Chanoine Kir en 1952. Nous aurons l’occasion de revenir sur les raisons de cet honneur tardif rendu à l’un des plus célèbre fils du pays dans un prochain article.

Espérons que ce petit pas supplémentaire, après les évènements organisés plus tôt cette année dans la ville, saurons faire évoluer le souvenir de notre aïeul dans sa ville natale!

 

The latest General Assembly of the ADGE was held at the Eiffel Wind Tunnel, built by our ancestor rue Boileau in 1912 and still in activity today:

Après s’être tenue dans un des piliers de la Tour Eiffel, notre dernière Assemblée Générale s’est tenue le 1er février 2020 à la Soufflerie Eiffel, construite par notre ancêtre en 1912 rue Boileau à Paris. Trois générations de descendants avaient fait le déplacement depuis les quatre coins de la France et se sont retrouvées dans la plus grande convivialité.

Le Bureau a commencé par faire un bilan des nombreuses dernières actions de l’ADGE: avec la création du Comité Scientifique Eiffel; les actions entreprises à Bordeaux, pour la réhabilitation de la passerelle Eiffel; les participations de nos membres dans les médias, pour parler de l’œuvre d’Eiffel – sur France 3, BFM-TV, RTL, Europe 1, Radio Immo ou RMC Découverte; pour représenter la famille dans des événements commémoratifs à la Tour Eiffel, à Dijon, à l’ambassade des Philippines ou avec la Fondation d’entreprise de la Société de la Tour Eiffel; notre participation au World Heritage Congress à Saint Flour dans la perspective d’un classement du viaduc de Garabit à l’Unesco etc.

L’assemblée a ensuite discuté et voté une série de nouvelles actions pour l’année à venir. Les représentants de la “nouvelle génération” se sont montrés particulièrement enclin à participer aux différents pôles et groupes de travail mis en place ce qui est très encourageant pour l’avenir.

Petite pause festive à la fin de l’AG, à côté de l’imposant tunnel de la soufflerie Eiffel

Merci encore à Benoit Blanchard et à son équipe pour leur aimable accueil.

 

Gustave Eiffel and his famous tower continue to inspire theater playwrights. After the two creations I reported on last year, Florence and Julien Lefebvre have written for the stage – Plus haut que le Ciel (“higher than the sky”) – a charming comedy currently played at the Théatre Fontaine in Paris (with English Subtitles) until the end of February :

 

Gustave Eiffel, et sa célèbre tour, continuent d’inspirer les auteurs de théâtre, et c’est une très bonne chose. J’avais déjà déjà parlé sur notre site du musical de Marc Deren, La Tour de 300 mètres, et de la pièce sous forme de monologue d’Alexandre Delimoges, Gustave Eiffel, en fer et contre tous. Si l’humour n’était pas absent de ces deux premières oeuvres, c’est l’humour qui est clairement le vecteur principal de Plus haut que le ciel, une comédie pleine de verve et d’énergie de Florence et Julien Lefebvre, qui se joue actuellement au Théâtre Fontaine, sur une mise en scène de Jean-Laurent Silvi.

Sans dévoiler les tournants de l’intrigue, Plus Haut que le Ciel raconte à sa manière l’aventure de la construction de la Tour, avec ses multiples rebondissements, ainsi qu’en parallèle la naissance d’une histoire d’amour. Poussant son père à se lancer dans cette folle aventure, Claire, la fille aînée de Gustave, y tient un rôle central, tout comme son futur mari, Adolphe, pourtant présenté au début de la pièce sous un assez mauvais jour…

En tant que descendant à la fois de Gustave, mais aussi de Claire et d’Adolphe, je dois dire qu’il était un peu déroutant pour moi de voir ces trois personnages, et particulièrement les deux derniers, tenir une place aussi importante dans le récit, et ce avec autant de fantaisie. Mais si les auteurs ont pris un certain nombre de libertés, l’esprit reste juste et les personnages campés par Frédéric Imberty (Gustave Eiffel), Margaux Van Den Plas (Claire Eiffel), Thomas Ronzeau (Adolphe Salles), Axel Blind (Émile Nouguier), Nicolas le Guen (Maurice Koechlin), Jean Franco (excellent dans une multitude de petits rôles) et Héloïse Wagner, sont tous très attachants, y compris pour finir ce pauvre Adolphe (!)

Plus Haut que le Ciel est à découvrir au Théâtre Fontaine jusqu’au 23 février, du mercredi au Samedi à 19h et les Dimanche à 14h. A noter la présence de sous-titres Anglais pour les spectateurs étrangers.

Savin Yeatman-Eiffel

 

Historian Véronique Brunet published a very detailed account of the career of Mélanie Eiffel, a self-made business woman in early 19th century Bourgogne, and of her influence on her son Gustave:

 

A noter la sortie d’un ouvrage très complet sur la carrière de la mère de Gustave Eiffel: “Mélanie Eiffel, mère et femme d’entreprise moderne en Bourgogne” par Véronique Brunet (Ed. du Revermont).

Il est important de rappeler et de souligner, comme le fait Madame Brunet, le profil inhabituel de cette femme de caractère et courageuse femme d’entreprise (à une époque où les femmes restent des exceptions dans le milieu des affaires), qui fut un modèle central et un soutien indéfectible pour son fils Gustave au début de sa carrière d’ingénieur.

Véronique Brunet a eu accès à des archives qui n’avait encore jamais été exploitées, et dont certaines sont reproduites dans son livre. Elle y dresse un portrait fidèle de la carrière de Mélanie, fille d’un négociant en bois qui se lance dans le commerce de la ouille sur les quais de l’Ouche, en prenant soin de replacer son parcours dans le cadre plus général de la révolution industrielle dans la région (achèvement du canal de Bourgogne, liaison ferroviaire avec les mines de charbon d’Epinac etc.)

L’auteur n’oublie Gustave, dont elle décrit également l’enfance assez difficile – placé d’abord chez une grand-mère peu affective, puis en pension par des parents trop occupés par leur activité pour s’occuper directement de lui (Alexandre, son père, seconde sa mère dans l’entreprise familiale).

Un livre conseillé donc à tous ceux qui s’intéressent au développement industriel du 19 ème siècle, tout autant qu’à la genèse de Gustave Eiffel.

Savin Yeatman-Eiffel

 

Présentation de son ouvrage par Véronique Brunet à la Tour Eiffel, le 22 novembre dernier

Veronique Brunet avec Patrick Branco Ruivo, Directeur Général de la Tour Eiffel

 

1 2 3 4 5 10