roles actions devenir membre sympathisant
actualite adge articles de fond

La Présidente et le Vice-Président de l’ADGE étaient présents, à l’invitation de Pathé, à l’avant-première du film Eiffel de Martin Bourboulon, qui a fait l’ouverture du Festival du Film Francophone d’Angoulême ce mardi 24 août.

Romain Duris, Savin Yeatman-Eiffel, Myriam Larnaudie-Eiffel, Martin Bourboulon

Si notre association n’a pas été directement associée à la production du film, nous avons suivi avec attention, en relation avec la productrice Vanessa Van Zuylen, le déroulement du tournage. En début d’année, à la suite d’une première projection privée, notre Conseil d’Administration a pris la décision d’apporter son soutien officiel au film, en raison notamment de la manière dont il capture l’énergie de Gustave Eiffel entrepreneur et de l’interprétation très convaincante qu’en donne Romain Duris :

Ce film est pour nous, descendants de Gustave Eiffel, un très bel hommage rendu à notre aïeul. Martin Bourboulon et ses équipes nous présentent un homme profondément humain, retranscrivant avec intelligence le formidable entrepreneur qu’il était, sa proximité avec ses équipes, son audace. C’est cette force de caractère, faite de détermination et sensibilité, qui a permis à Gustave Eiffel de relever l’incroyable défi de la construction de la Tour de 300 mètres, cette Tour qui fascine toujours autant aujourd’hui qu’en 1889 – Association des Descendants de Gustave Eiffel (dossier de presse du Film)

C’est ce message que notre Présidente, Myriam Larnaudie-Eiffel, a réexprimé sur la scène du  Théâtre d’Angoulême juste avant la projection, en présence de l’équipe du film, et devant une salle comble de professionnels et de festivaliers, parmi lesquels se trouvaient également la Ministre de la culture Roseline Bachelot.

Notre présidente s’exprimant aux côtés de Vanessa Van Zuylen (productrice), Jérome Seydoux (producteur), Martin Bourboulon (réalisateur), Romain Duris (interprète d’Eiffel) et Emma Mackay (interprète d’Adrienne).

Budgété à 23 millions d’euros, Eiffel est un projet d’une rare ampleur pour un film Français. Il  a également connu une très longue gestation: le premier projet a été écrit par Caroline Bongrand il y a vingt ans, suscitant tour à tour l’intérêt de nombreux réalisateurs parmi lesquels Ridley Scott ou Luc Besson. C’est au final la dernière mouture, sous la houlette de la productrice Vanessa Van Zuylen et  du réalisateur Martin Bourboulon, qui a fini par convaincre les investisseurs avec dans les rôles principaux Romain Duris (Gustave Eiffel) et la très belle Emma Makey (Adrienne Bourgès).

On notera que le film Eiffel n’est pas un biopic mais une adaptation libre des faits historiques, s’appuyant sur ceux-ci pour les « prolonger et offrir », selon les mots de son réalisateur « le plus généreusement possible le spectacle d’une grande histoire d’amour croisée avec un film d’aventures ». Sur ce plan il réussit fort bien à tenir son pari, même si les experts et les descendants des principaux protagonistes regretteront certains partis-pris et simplifications: le rôle central joué par Koechlin et Nougier est ainsi quasiement occulté, alors qu’Adolphe Salles, pourtant polytechnicien et proche collaborateur d’Eiffel, est réduit à une simple figure humoristique.

Le présupposé du scénario est que Gustave recroise en 1886 un ancien amour de jeunesse (Adrienne Bourgès) dont les parents lui avaient autrefois refusé la main. Dans le film, cette rencontre bouleverse leurs vies et joue un rôle insoupçonné dans la construction de la Tour Eiffel.

S’il y a donc une vraie part de fiction dans le film, les scènes de construction de la Tour, notamment les systèmes mis en place pour équilibrer les quatre pilliers les uns par rapport aux autres au moment de la jonction du premier étage, ou l’utilisation des caissons à air-comprimé pour les fondations des piliers nord et ouest, sont fort bien reconstituées.

Il est également absolument véridique qu’Adrienne Bourgès, fille de l’important négociant qui fournissait le chantier du pont de Bordeaux en bois (chantier dont Gustave Eiffel était le maitre d’œuvre de 1858 à 1860), a été un amour de jeunesse important pour notre ancêtre. Les deux jeunes gens s’appréciaient et devaient se marier jusqu’à ce que les parents d’Adrienne, après avoir enquêtés sur les origines familiales de Gustave, décident que le jeune ingénieur n’avait pas un statut social suffisant pour leur fille, et annulent le mariage au tout dernier moment. Il est aussi tout à fait vrai qu’en dépit de cette désagréable mésaventure les liens entre Eiffel et la famille Bourgès se sont renoués par la suite : un de ses fils, Edouard, a épousé la nièce d’Adrienne, Marie-Louise.

Nous souhaitons bonne chance à l’équipe pour la sortie de ce film ambitieux et attendons avec grand intérêt de voir l’accueil que le public lui réservera.

Plusieurs fois repoussée en raison de la situation sanitaire, la date désormais retennue est le 13 octobre 2021.

Savin Yeatman-Eiffel

Avec l’épidémie du Covid-19, la Tour Eiffel n’avait jamais fermé ses portes aussi longtemps depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Pour saluer la réouverture de la Dame de Fer, l’ADGE était fort bien représentée dans les médias par notre cousin Savin Yeatman-Eiffel. Le jour de la réouverture, il était « l’Invité Inattendu » de Matthieu Belliard sur la matinale d’Europe 1, en replay ici.

Plus tard le même jour, ainsi que le jour suivant, France 3 rediffusait un excellent reportage sur la Tour en deux parties dans l’émission Météo à La Carte, auquel notre cousin avait participé l’année dernière.

Replay de la première partie ici.

Replay de la seconde partie ici.

Même s’il est toujours aussi important de respecter la distanciation et les gestes barrières, quelle joie de voir notre chère Tour Eiffel à nouveau accessible au public !

 

Après plus de trois mois de fermeture, l’attente aura été longue pour tous les amoureux de la Dame de Fer. Mais la Tour va commencer sa réouverture progressivement à partir du 25 juin prochain 10 heures.

Attention, dans un premier temps, les ascenseurs resteront fermés pour éviter la proximité entre les visiteurs. Seules les visites par escaliers jusqu’au second étage seront possibles et le port du masque sera également obligatoire pour tous les visiteurs à partir de 11 ans.

La situation retournera progressivement dans l’ordre normal en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

Dans tous les cas quelle joie de pouvoir se rendre à nouveau prochainement à la Tour Eiffel !

Deux de nos membres, Myriam Larnaudie-Eiffel et Savin Yeatman-Eiffel, ont participé à un nouveau documentaire passionnant sur Eiffel: Gustave Eiffel, la technologie derrière le génie.

Première diffusion mercredi prochain 9 octobre à 20h255 sur RMC Découverte.

Un film à ne pas manquer !

 

 

 

Poursuivant les célébrations des 130 ans de la Tour, la SETE organise sur le parvis une très belle exposition sur sa construction. Gratuite, elle se tiendra jusqu’au 24 novembre.

Plusieurs membres du bureau de l’ADGE étaient présents au pot d’ouverture le 26 septembre, dont notre cousine Myriam Larnaudie-Eiffel, qui a été associée de près à cette belle entreprise.

L’exposition est située dans un grand dôme futuriste. Si les dimensions cyclopéennes de la Tour font paraitre cet espace relativement petit de l’extérieur, il s’avère très spacieux une fois à l’intérieur.

L’exposition, tout en restant riche en contenu, est présentée d’une manière à la fois design et très accessible, en ayant souvent recours à l’interactivité des visiteurs, et notamment des plus jeunes d’entre eux.

Les textes sont par ailleurs affichés simultanément en Français, en Anglais et Espagnol. Une très belle réussite donc, qui devrait ravir un large public.

La soirée d’ouverture était cependant endeuillée par la nouvelle, tombée un plus tôt, de la mort du Président Chirac. Les invités ont été conviés par le Directeur Générale de la SETE, Mr. Patrick Branco Ruivo, à partager une minute de silence. La Tour fut également exceptionnellement fermée ce soir là à 21h00.

Savin Yeatman-Eiffel

 

La Tour Eiffel a organisé cette année un concours de design lié à la Tour Eiffel dont les Lauréats devraient prochainement voir leurs produits mis en vente dans les boutiques de la Tour.

Après un premier tour auquel ont participé des dizaines de jeunes créateurs, sous l’égide des Ateliers de Paris, les prototypes d’une présélection de 12 projets avaient été financés. Ces derniers sont actuellement visibles dans les locaux de la Mairie de Paris.

Les prix des 3 catégories en compétition (Motif / Objet du quotidien / Pièce d’exception) ont été remis samedi 14 septembre dans le salon Gustave Eiffel au premier étage de la Tour Eiffel en présence, entre autre, du Directeur Général de la SETE, Mr. Patrick Branco Ruivo, et de l’Adjoint à la Maire de Paris chargé de la Vie nocturne & la Diversité de l’économie culturelle, Mr. Frédéric Hocquard. Nous étions très heureux d’y assister.

Au final, les heureux lauréats pour cette première édition sont:
– Lucie Touré pour « Fragments », une vue de la structure intérieure de la Tour déclinée dans différentes teintes pastelles (catégorie « Motif »)
– Angélique Pourtaud pour « Eiff’élève », un Tour Eiffel en modules de bois démontables (catégorie « Objet du quotidien »)
– Marc Venot pour « La Tour dans la Peau », des boucles d’oreilles reprenant le principe des rivets chers à Gustave Eiffel (catégorie « Pièce d’exception »).

Les lauréats : Lucie Touré, Marc Venot et Angélique Pourtaud.

Nous félicitons les vainqueurs et attendons désormais la prochaine édition.

Savin Yeatman-Eiffel

Dans le cadre des célébrations du 130ème anniversaire de la Tour Eiffel, la famille Eiffel a pu donner son point de vue sur de nombreux médias, notamment sur la matinale de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM-TV, ou encore sur Europe 1, dans l’émission de Wendy Bouchard, particulièrement bien nommée ce jour là : « le Tour de la question ».

Lien direct vers l’émission de Jean-Jacques Bourdin.

Le 15 mai dernier, on célébrait les 130 ans de l’ouverture au public de la Tour Eiffel dans le cadre de l’Exposition Universelle de 1889.

Toute une série d’évènements avait été organisée pour l’occasion :

  • Au cours de la journée, 1300 enfants des centres de loisirs parisiens, tous âgés de 6 à 12 ans, avaient été invité à venir visiter les 2ème et 1er étages.
  • Dans la soirée, dans le salon Gustave Eiffel du premier étage, le président de la SETE, Bernard Gaudillère, et la Maire de Paris, Anne Hidalgo, faisaient le point devant journalistes et invités sur les rénovations en cours et à venir sur la Tour et au Champ-de-Mars. Les représentants de l’ADGE étaient bien sur présents sur place.

  • Au même moment sur le parvis, la chanteuse Jeanne Added et ses musiciens donnaient un concert électrisant qui a ravi tous ceux qui ont eu la chance d’être présents sur place.

  • Quelques dizaines de minutes plus tard, à la tombée de la nuit, le Président de la SETE déclenchait depuis un pupitre installé dans les jardins du Trocadéro une des plus belles illuminations que l’on ait eu la chance de voir sur la Tour. Cette dernière, d’une durée de 12 minutes, est l’œuvre de Bruno Seillier, responsable entre autre des splendides scénographies de la « Nuit des Invalides » et de la « Dame de Cœur » à Notre-Dame. Cette création originale, visuelle et sonore, sera donnée 3 fois par jour entre 22h et minuit, exclusivement les 15, 16 et 17 mai. Inutile de préciser que les Jardins et l’Esplanade du Trocadéro étaient noirs de monde.

Savin Yeatman-Eiffel

Un nouveau reportage très complet a été diffusé vendredi dernier 29 avril sur France 3, dans l’émission Météo à la Carte, pour les 130 ans de la Tour Eiffel.

On y voit entre autre notre cousin Savin Yeatman-Eiffel y livrer de nombreux petits secrets sur la construction du chef d’oeuvre de notre ancêtre.

Lien vers le catchup ici.

La seconde partie du reportage sera diffusée lundi 1er avril à 13h00.

Pour les 130 ans de la Tour Eiffel, France 3 a diffusé dans son 19/20 national le reportage : « Que reste-t-il de Gustave Eiffel, le génie du fer », une très bonne introduction à l’oeuvre d’Eiffel.

Notre cousin Savin Yeatman-Eiffel y évoque notamment quelques souvenirs de sa grand-mère.

Voici le lien pour le revoir en replay.